Qu'adviendra-t-il si Budapest doit être suspendu du droit de vote au Conseil européen ?

Article published on June 17, 2015
community published
Article published on June 17, 2015

This article has not been vetted by an editor at Paris HQ

La question reste en suspens et mérite que l'on s'attarde sur l'état des démocraties européennes avant de pouvoir conclure à un état de réflexion intéressant.

En 2013, les manifestations mises à la disposition du citoyen au sein des pôles culturels de la communauté urbaine de Strasbourg semblent encore mettre la culture européenne au coeur de la problématique des littératures européennes. Qui a dit littératures, a-t-il dit démocraties, n'a-t-il dit langues de diplomates démocrates ? Fallait-il entendre le discours introductif prononcé par l'hélleniste T. Todorov à l'occasion de l'ouverture de la quinzaine européenne pour comprendre que l'ennemi intérieur dont il parlait à travers son combat pour le sens de la liberté et de la démocratie n'était pas sans rapport avec celui que l'on peut espérer voir au sein des aspirations démocratiques d'un peuple tel que la représentations hongroise ou la symbolique autre allitération référant à l'ancien bloc soviétique... ?

"Le passé est partout présent en Europe (...) la pluralité s'impose de ce fait": ces mots qu'il prononce alors qu'il soutient une ouverture multiculturelle, synonyme d'une pluralité culturelle intérieure, sont encore des indices potentiels de la véracité d'un nécessaire combat pour le respect des libertés, elles aussi plurielles. Le poids du passé européen pèse sur les éléments qui ont concourrus à la création de l'union entre les états européens. Constater que l'on se trouve toujours face à une histoire qui répète les tutelles adjugées aux puissances militaires qu'imposaient de lourdes conséquences économiques et sociales, politiques sans aucun doute, est toujours aussi pesant, nul ne peut l'ignorer. L'existence de la démocratie participative, alternative mise en place déjà depuis quelques années à travers les partis de la jeunesse européenne, a-t-elle véritablement réussi le pari d'exister envers ce poids contre lequel c'est tout un continent qui semble devoir subir la dérive de ses origines... N'oublions pas qu'il est envisageable que de nouvelles sanctions concernant l'état de non-droit des états européens, du passé, voient le jour. Mais si c'est à Budapest qu'on refuse le droit de se prononcer sur le sujet, qui sait de quelle union européenne nous parlerons demain ... ? Le parallélisme n'existe entre des politiques que jusqu'au point où les figures du géomètre ne parviennent plus à masquer leurs angles.